Home2018-12-03T00:30:13+00:00

Bienvenue à la synagogue d’Ostende

La Synagogue suit un modèle typologique simple adapté aux limites de la surface disponible et aux mensurations irrégulières du terrain.
La surface de 350 m² est entièrement utilisée. Le plan prévoit un porche avec, à l’intérieur, une niche semi-circulaire pourvue d’une vasque circulaire avec à gauche et à droite les entrées séparées pour respectivement hommes et femmes et les vestiaires correspondants ; sur la droite un escalier mène à la galerie pour dames au-dessus du porche.

L.g. relie par un coude à la salle de prière allongée, d’un seul tenant, se terminant sur une abside avec une niche semi-circulaire; l’espace restant sur la droite est occupé par un modeste « MIKVA »- un espace dédié au bain rituel – une petite salle de réunion et des installations sanitaires.
Le porche et la salle de prière sont couverts d’un toit en bâtière; les petits espaces bas, latéraux sont couverts d’un toit plat; la salle de réunion a une lucarne qui est ouverte à la fête des tabernacles.

Extérieur

le style de conception néo-roman est inspiré par l’architecture des Synagogues de l’époque: la façade est une réplique exacte sous forme réduite de la partie médiane de la façade de la Synagogue orthodoxe à Francfort. Les points de comparaison sont: le porche qui surplombe l’entrée, la partie aveugle du pignon avec des niches voûtées qui courent sur des yeux de bœuf entourant une fenêtre à rayons et le bassin rond dans le hall, qui est appliqué pour la première fois dans une Synagogue en Belgique.

Un pignon cimenté avec de faux joints, légèrement en retrait par rapport à la ligne des façades, agrémenté d’accents plastiques et de lignes graphiques. Une ornementation limitée: des frises sculptées dépassant à peine du mur, chapiteaux et vantaux à feuille et vigne stylisée selon le modèle byzantin caractéristique début du style néo-roman.

Le porche d’entrée avec deux arcs semi-circulaires, deux portes cintrées et un œil de bœuf central avec l’étoile de David, est soutenu par dix colonnes, groupées deux par deux (= dix piliers qui symbolisent les dix commandements). Une clôture de fer continue marque l’alignement de la rue. Dans une conception de façade antérieure, l’architecte J. De Langhe prévoyait deux tourelles latérales néo-romanes couvertes et une galerie naine au-dessus de l’entrée centrale. Cette façade à deux tours, une référence à «YAKHIN» et «BOAZ», les deux colonnes devant l’entrée du Temple de Jérusalem, était une caractéristique essentielle de la typologie des Synagogues au XIXe siècle.

L’intérieur

Plâtré et récemment peint en blanc-beige, a une l’ornementation qui – contrairement à la première conception – se limite aux éléments qui soulignent les lignes principales de l’architecture.

Le porche avant

Sol en mosaïque bordé d’un motif ondulant, plinthes en marbre, vasque déjà mentionnée et pierre commémorant l’inauguration avec l’inscription:

« INAUGURATION DE LA SYNAGOGUE. 5 ELOUL 5671 – 29 AOÛT 1911. ADMINISTRATEURS-FONDATEURS E. FRIDLENDER, MINISTRE OFFICIANT. M. BLOCH, PRÉSIDENT. R. NATAN, TRÉSORIER. C. CERF, SÉCRETAIRE, B. FELDBERG ».

La MIKVA en carrelage blanc

Une salle de prière éclairée de manière zénithale sous une voûte en berceau reposant sur des arcs de ceinture reposant à leur tour sur des consoles; pour le reste, un registre supérieur des parois latérales complètement lisse. Les arches muselières voûtées et la frise d’acanthe donnent du relief au registre inférieur. Des colonnes avec chapiteau d’acanthe soutiennent la galerie des dames et la voussure de l’abside. Le sol en mosaïque est bordé d’un motif de cercles.
En tant que portique en pierre, l’aron, fait partie intégrante de ce cadre architectural par ailleurs dépouillé.
Le bima simple en bois (pupitre pour la lecture) avec le candélabre de coin a été initialement prévu pour être placé dans l’abside, mais a reçu plus tard une place plus centrale dans la salle de prière, au milieu des rangées de bancs également en bois. Il en est de même du tabouret pour le rabbin.
Il est exceptionnel que le bain liturgique ait été conservé.
Les vitraux colorés étaient sans aucun doute les plus saisissants. Ils étaient sobrement travaillés dans les lucarnes de la voûte et dans la rosace de la façade avant. Celui-là par exemple représentait le sceau de Salomon. Ils furent perdus durant la Seconde Guerre Mondiale. L’étoile de David apparaît maintenant dans la rosace.
Les lustres et autres éclairages datent probablement d’après la Seconde Guerre Mondiale.

Vous avez des questions ou souhaitez visiter notre synagogue?

Contact

État de la Construction

Actuellement, d’importants travaux de restauration sont en cours à la Synagogue. Après la première phase de la restauration, la deuxième phase de la restauration commencera en 2018. Si la partie administrative n’encourt pas de retard..
L’état général de l’équipement électrique, du chauffage et des sanitaires n’était plus aux normes et demandait une rénovation complète..
L’accessibilité doit également être améliorée.
La Synagogue est un bâtiment public auquel s’applique le règlement régional sur l’accessibilité. Cela doit être vu avec l’Agence du Patrimoine Immobilier et ces travaux sont prévus en phase 2 des travaux de rénovation.
Les travaux suivants ont été réalisés en première phase:
– Lot 1: gros œuvre et finition
– Lot 2: sanitaires et travaux techniques de chauffage
– Lot 3: travaux d’électricité
En raison de la faillite de l’entrepreneur principal, certains travaux du lot 1 ont pris du retard. Un élément important du bain rituel (Mikwa) doit encore être terminé. L’intention est de terminer tout cela pour la fin de 2017.

Les lots 2 et 3 sont terminés et seront finalement réceptionnés dans quelques semaines. Après la réunion de toutes les parties impliquées dans la phase 1, un rapport final sera établi et à ce moment la deuxième phase de la restauration peut débuter.
La deuxième phase comprend la restauration de:
– la façade (y compris des balustrades en fer forgé)
– la toiture et la réparation (et remplacement) de la menuiserie
– les vitrages (y compris les vitraux et la fenêtre du toit) doivent être réparés
– les travaux de peinture à l’intérieur de la Synagogue. L’intention est de retourner aux couleurs originales de l’année 1911. À cette fin, une étude a déjà été faite concernant les murs et le rapport à ce sujet est en notre possession.
– Nous attendons le rapport de Monumentenwacht pour avoir une vue d’ensemble définitive de la situation.
– Tous les règlements régionaux doivent également être respectés.
Avant le début de la deuxième phase des travaux de restauration, une inspection minutieuse du toit, des fermes, des gouttières, etc. a été réalisée afin d’avoir un inventaire correct des travaux à effectuer. La fin des travaux de cette deuxième phase est prévue pour 2019.

Suite au départ à la retraite de l’architecte qui a supervisé la 1ère phase de la restauration, nous avons dû approcher un nouveau bureau d’architectes pour nous aider à terminer la première phase correctement.
Étant donné que pour la deuxième phase de la restauration nous avons demandé une intervention de la prime patrimoniale majorée à 80%, un plan de gestion doit être élaboré.
Ceci implique également que pour la phase 2, tous les paramètres de la procédure d’appel d’offres publique doivent être respectés
Via les liens ci-dessous vous pouvez trouver les règlements concernant la nomination d’un concepteur dans le cas de marchés publics.
Mieux encore vous trouvez tous les documents modèles via le deuxième site Web.

https://www.onroerenderfgoed.be/nl/premies/kwaliteitseisen/

http://lokaalbestuur.vlaanderen.be/overheidsopdrachten/gesubsidieerde-werken-eredienstgebouwen