La Communauté juive d’Ostende2018-12-03T00:17:30+00:00

La Communauté juive d’Ostende

Un peu d’histoire

Dixit le Prof. dr. Baron Julien KLENER (° Ostende – 1939): ancien Président du Consistoire Central Israélite de Belgique et professeur d’Hébreu, de Judaïsme et de linguistique comparée; récompensé par divers titres honorifiques; publiciste et conférencier doué au sujet de Judaïsme, théologie, sciences morales et politiques.
Le Prof. dr. Klener déclare que: l’histoire de la Communauté juive est aussi l’histoire de la Communauté Juive en Flandre Occidentale, parce qu’il n’y a aucune certitude quant à la présence de Juifs dans ces régions au Moyen Age. En dépit de la route commerciale très fréquentée entre Cologne et Londres, il n’y a pas de mention de Juifs dans cette région.
Ce n’est qu’au 16ème et 17ème siècle qu’il est fait mention de ‘nouveaux chrétiens’ à Bruges. À la fin de l’occupation Autrichienne en 1781, il a été rapporté que Ezekiel de Jongh et Salomon Mendes d’Amsterdam et d’autres ont demandé une autorisation de séjour dans la ville d’Ostende. Après beaucoup de délibérations, cela a été autorisé, sous réserve de la présentation d’une sorte de «preuve de bonne conduite».

À la fin du XIXe siècle, environ 150 résidents Juifs permanents étaient présents à Ostende. Pendant la saison estivale, ce nombre a augmenté à 2200 (principalement en raison de visiteurs étrangers). Le baron Gerson de Bleichroder, conseiller financier de Bismarck, et la cour Prussienne ont mis leurs résidences à disposition à la Communauté Juive afin de célébrer le culte et d’honorer les fêtes. Plus tard, le jeune Etat Belge mettait également un terrain à disposition à l’Albertstraat, mais malgré un don supplémentaire d’un membre de la famille Rothschild, l’ensemble du projet n’a pas démarré. Au lieu de cela, une petite Synagogue a été installée dans les palais royaux de Léopold II. Cela devait être aux alentours de 1890.

Le Prof. dr. J. Klener et « son » Ostende

Le Professeur se souvient qu’il y avait un hôtel Juif sur la Van Iseghemlaan qui s’appelait « Reisberg ». Le Prof. dr. Julien Klener est lyrique à propos de « son » Ostende. Il est né et a grandi «sur place» et lorsque le soussigné suggère que l’Ostendais n’est ni plus ni moins un dialecte ouest- flamand, il prétend avec désinvolture que l’Ostendais est une langue mondiale. Ils seront heureux d’entendre ça à Anvers!
Le Prof. dr. Klener raconte : « Mes ancêtres ont fui les pogroms d’Europe de l’Est à l’époque de la Belle Epoque (un nom pour la période 1890-1914 de l’histoire française, inventé pendant la Première Guerre mondiale parce que tout semblait si paisible).
Probablement qu’ils se sont installés chez des connaissances.
Le Judaïsme d’Ostende a prospéré à la Belle Epoque et a acquis un statut légal officiel au début du 20ème siècle. Il faisait bon vivre au bord de la mer. « 

« Lorsque la nuit est tombée sur l’Europe: des wagons à bétail ont transporté nos gens d’Ostende vers la nuit polonaise et avec la caserne Dossin à Malines comme arrêt intermédiaire. Ma famille a tout vécu. Je suis moi-même né en 1939 et j’étais trop jeune pour être noté au registre Juif.  »
« Puisque mes parents étaient des Juifs » Belges « , d’abord on ne les a pas inquiétés. Pendant cette période, ils ont quitté Ostende pour se cacher à Bruxelles. J’ai été séparé de mes parents pour des raisons de sécurité. Plusieurs membres de la famille ont été déportés à Auschwitz. Seuls quelques-uns en sont revenus. Après la guerre mes parents se sont installés à nouveau à Ostende en 1946. J’y suis allé à l’école, à l’Athénée et plus tard je suis allé à l’Université de Gand.

Et le Prof. dr. Klener de continuer: « La riche Communauté Juive d’Ostende est sortie brisée de la Seconde Guerre Mondiale. La Communauté a soudainement disparu: immolée sur l’autel mystérieux de l’inhumanité humaine et pourtant: après l’horreur, on a remarqué que la vieille Synagogue était toujours là, comme un symbole entre le passé et le présent et «comme un nouveau commencement»!

Ostende aujourd’hui

Aujourd’hui, il y a encore 45 familles juives qui vivent et travaillent à Ostende. On peut difficilement les appeler des visiteurs réguliers de la Synagogue, mais ils sont toujours là lors des fêtes. En été, il y a bien sûr de nombreux visiteurs du monde entier. Chaque jour, la Synagogue est ouverte aux prières du matin et du soir. Le jour du sabbat, la Synagogue est ouverte toute la journée. L’officiant des services est le Rabbi Armand Benizri, un homme très important. Les nombreuses écoles de toute la province de Flandre Occidentale visitent également la Synagogue. Ostende est aussi repris dans « The Jewish Travel Guide ».

Personnalités juives

De nombreux artistes / personnalités Juives importants sont restés à Ostende ou dans les environs. Albert Einstein a pris des décisions importantes à Den Haan. Une histoire circule que le grand Einstein aurait un jour joué du violon dans la Synagogue …. Carol Deutch appartenait au cercle du célèbre peintre Ostendais James Ensor. Felix Nusbaum a écrit dans les années trente beaucoup de pièces importantes dans la station balnéaire. Joseph Roth et Stefan Zweig ont également séjourné dans la ville.
En 2000, une grande exposition a eu lieu dans les galeries Espagnoles. C’était une exposition rétrospective sur le thème « Les traces Juives à Ostende ». Un livre illustré portant le même titre a également été publié. Le livre est encore difficilement obtenable pour le moment, même s’il en vaut vraiment la peine.

Grâce aux familles Ostendaises Kalter, Diaine, Klener, Legley -Wulfowicz, Shemmer, Podgorz, Muller, et les familles sur qui notre Communauté peut toujours compter, à savoir: Ben Izri, Vervaeren, Prys etc qui aident tous à maintenir en vie la Synagogue et les traditions, des efforts plus que louables sont faits pour réactiver la vie communautaire.